Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 22:47

http://news.bbcimg.co.uk/media/images/49339000/jpg/_49339167_003181637-1.jpg

 

King Arthur Pendragon :

 

"We are looking at the indigenous religion of these isles - it's not a new religion but one of the oldest”

 

 ( Arthur Pendragon Battle Chieftain of the Council of British Druid Orders )

 

 article BBC > [lien]  

article LE MONDE DES RELIGIONS [lien]

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 05:36

à l'occasion des festivités d'arts traditionnels à tahiti ce mois de juillet,un spectacle inspiré d'une cérémonie ancestrale a été présenté par la troupe O Tahiti E sur le marae Arahurahu situé à Paea, ouest de Tahiti. l'histoire raconte la rencontre de deux rois.

 

image.php 4

La cour royale

 

image.php

Les Tahu'a (prêtres)

 

vaka-arioi 5808

Les danses

Partager cet article

Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 02:22



QUELQUES PRECISIONS A PROPOS DE CETTE PRATIQUE

cette caste (ou confrerie) était une composante de la société polynésienne d'autrefois avec des attributions bien spécifiques celles d'animer les grads évènements festifs par des danses, chants, musique, déclammations, contes, jeux etc.. .
puisque c'était une confrérie, elle fonctionnait donc de façon autonome avec sa hierarchie et ses règles, et l'une d'elles est le "culte du corps" tous (et toutes)devaient avoir un physique parfait, tout candidat était donc soummis aux critères d'admission ou d'exclusion.
il va de soi qu'une fois admises, les filles n'avaient plus le droit de tomber enceintes, du moins si cela arrivait, elles étaient immédiatement exclues de la caste, certaines, préferant garder et élever l'enfant, acceptaient cette sentance. toutefois, celles qui tenaient absolument à conserver leur rôle dans la caste le pouvaient à condition d'éliminer le pheotus par avortement, une pratique qui, à l'époque se faisait souvent au terme des grossesses d'où cette assimilation justifiée d'infanticide.
mais ce qui est important de préciser c'est que cet acte n'était pas une finalité. la vraie finalité pour une arioi est de suivre rigoureusement les méthodes de contraception....

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 18:41
voilà, il fallait s'y attendre, le VATICAN a officiellement réagit au message émis dans le derneir film AVATAR de James Cameron.

-  article dans alloCiné 

analyse d'Emilie Pecheul spécialiste des Mythes et Religions.


Anecdote : à l'issue de mon intervention lors du colloque organisé le 23 octobre dernier par l'AFAREP, le modérateur Mr Lucien Hounkpatin ethnoanalyste a réagi sous forme de mise en garde contre la dérive NOSTALGIQUE qui transparaissait dans le contenu de mon intervention, je faisais seulement l'éloge de la façon dont les polynésiens avaient conçu leur croyance sur la base d'une filiation et d'une vénération directe avec leur terre/mère et tous les éléments vitaux qui l'entouraient, ces mêmes valeurs que James Cameron a voulu mettre en évidence dans son dernier film. une nostalgie que je ne nie pas.

tags : maoaraa matahiti 2008

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 20:48


autres videos : lien

Partager cet article

Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 05:54
actuellement, tournage d'un téléfilm fiction sur l'histoire d'un missionnaire "râté" arrivé à Tahiti vers les années 1900.

ci-dessous, le point de vue de my friend Tihoti, l'un des rares polythéistes fier de l'être du fénua. il joue le rôle du chef du village. 

 

Partager cet article

Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 18:12
des tiki mangaréviens provenant de France et du vatican, sont actuellement exposés au musée des îles, ces objet sculptés, classés comme oeuvre d'art, seraient des dieux en personne, que personne aujourd'hui ne veut honorer, ni adorer ni vénérer!!
à commencer par les mangaréviens eux-même qui s'empressent de préciser que ces sculptures ne sont pas les dieux des mangaréviens !!!, ajoutant qu'en leur temps, leurs ancêtres les adoraient par naïveté, par erreur !
ouverture officielle de l'exposition par un spectacle de danse traditionnelle mangarévienne.

Ces tiki, les responsables de musées et les médias les désignent unanimement comme des dieux!
-des dieux en personne que personne ne veut vénérer?
-un dieu sans adorateur est-il encore un dieu?
avec Laurent Guillaut, conservateur du musée de Cahors, à l'arrière le "dieu" Rongo.

en revanche, on ne peut contester le fait que ce sont des statues, des sculptures voir même des oeuvres d'art réalisés par nos ancêtres de Mangaréva.

Mais tout à l'heure, ce soir ou demain, qu'un seul Mangarévien se remette à les adorer, et ces tiki recouvreront spontanément leur statut d'authentiques Atua ma'aréva (dieux mangaréviens). 

tel est le vrai statut d'un tiki-dieu, l'objet façonné ou non, n'est qu'un "corps" ou un "visage" dans lequel l'entité divine est invitée à habiter, le temps d'une adoration, l'objet revêt alors une sacralité mais n'emprisonne pas l'esprit d'un dieu.

échos médias:
humour
tahitipresse
LNDT

Partager cet article

Repost0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 01:33

dans son dernier livre "Tahiti Mã'ohi" Bruno Saura revisite notre histoire, la regarde sous d'autres angles avec des reflexions nouvelles, il pointe un doigt critique sur les effets de l'acculturation.

la clarté du présent(Tihoti, mon ami le tattoueur) croise le regard du passé obscur(Pô, mon ami le chat noir), en son milieu, un oeil capable de percer la matière.




 regarder notre histoire dans le fond des yeux
et au-delà
ne plus la dévisager
ne plus la quitter
et apercevoir au milieu des zones obscures
la lueur, une lueur qu'on a voulue laisser mourir
une mort qu'on a voulue pour nous, pour toi
alors le vent s'est levé attisant la petite flamme
un vent envoyé par notre destiné
un vent moite qui suscite la stupeur et invite à l'éveil
de l'éveil au réveil, du réveil au recul, du recul à la génèse
au hava'iki
redeviens et restes à jamais MA'OHI !!

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:38
mardi dernier le 20 janvier, nous avons recu une classe de bac pro du Lycée Professionnel de Faaa, sous la conduite de Nathalie Cheer leur professeur d'histoire, but de la visite: discussion sur la christianisation des polynésiens et appercu sur le cheminement et l'expérience vécue par notre association.

mais ce qui a vraiement fasciné les élèves c'est la vue de leur tupuna, du moins ce qu'il en reste, quelques fragments d'ossements.





entre le temporel végétal et l'intemporel minéral, la descente vers l'inconnu, le pö, la grotte funéraire te ana fa'aöe la (grotte qui parle)



comme un appel, l'irresistible envie de toucher, les retrouvailles de même sang...évidemment.



entre fascination, humilité et joie, on salue l'ancêtre, ce n'est qu'un fragment de crâne mais c'est un authentique TUPUNA.

"depuis le temps que l'on nous parle d'EUX, nous ne nous sommes jamais sentis aussi proches! "



sur le seuil de l'entre-deux-mondes un dernier salut, "nana tupuna!!"




tags : tapere  vai  funeraire  tupuna






Partager cet article

Repost0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 01:21
aucun article du code civil n'interdit l'idolâtrie, ni le polythéisme, alors où est le problème?

la répugnance à l'idolâtrie est un concept inventé par les monothéismes et n'a de sens  que pour eux seuls, et pour cause! il faut être converti pour en comprendre la finalité, se sentir concerné et eventuellement en accepter le principe.

mais l'athé et le non-converti eux, n'ont rien à voir avec cet interdit, ils n'ont aucun compte à rendre aux religions aux quelles ils n'ont  pas adhéré!

en tant qu'anciens chrétiens, nous avons été confrontés à ce paradoxe dès lors que nous avons fait le choix de revenir aux croyances ancestrales ma'ohi, nos ancêtres étaient polythéistes, idolâtres et animistes, et par souci d'honnèteté il nous a fallu nous dé-convertir du christianisme pour endosser le polythéisme ma'ohi en toute quiétude, ainsi nous pouvions pratiquer des rituels assimilés à de l'idolâtrie sans état d'âme et sans nous sentir coupables d'aucune contradiction ni avec la loi laïque, ni avec notre (nouvelle) croyance.

nouvelle croyance qui, en réalité, est la restitution de notre ancienne croyance, quel dilemme!



nous devons donc nous affranchir de tous les préjugés d'ordre monothéiste pour vivre pleinement et sereinement la religion née de la cosmogonie ma'ohi.

de plus, le polytheisme, comme son nom l'indique, prend en compte tous les dieux, ceux d'ici et d'ailleurs, ceux d'hier et d'aujourdhui, cette distinction est un gage de tolérance et d'ouverture perpétuelle,  il n'oblige pas à n'en choisir qu'un au detriment de tous les autres, mais il autorise à en préferer certains parmis tant d'autres et/ou à les interchanger selon le cour des saisons ou selon l'humeur du temps, une conception qui, selon nous, colle tellement à l'esprit et l'espace polynésiens, puisque concue par nos pères, sur nos terres.

Média:  - interview Radio1 nov 2002
            - vidéo

récit raconté par Albert Walker sur le transfert des tii de Raivavae : 1/3  2/3  3/3 

Partager cet article

Repost0